Les magistrats et la banquière internationale

justice

ll semble que M. Tapie avait été pleinement associé aux opérations de vente d’Adidas par le Crédit Lyonnais. S’il a été lésé ce n’aurait pas vraiment été à l’insu de son plein gré. Et pour pouvoir engager des actions en réparation il aurait falsifié des documents. Puis truqué l’arbitrage qu’il aurait obtenu.

Mme Lagarde, ministre des finances à l’époque avait lancé cet arbitrage contrairement à la recommandation de la majorité de ses conseillers qui lui suggéraient de poursuivre des procédures. Il n’est pas certain que c’était une très bonne décision mais c’était la sienne.

Mme Lagarde n’est plus ministre puisqu’elle été nommée directrice générale du FMI mais l’affaire de l’arbitrage a été portée devant la Cour de justice de la République et la procédure s’est poursuivie. Les magistrats instructeurs viennent de décider de  mettre l’ancien ministre en examen pour «négligence».

Mais la négligence, en droit – comme en français – c’est tout le contraire de choisir un parti ; c’est ne rien faire.

Nos magistrats réinventeraient-ils la langue française parce qu’ils ne voudraient pas abandonner une si belle affaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *