Aux plages, citoyens !

 

Le rail pour et avec les citoyens.

C’est la devise du projet européen Citizens’ Rail qui entend développer les chemins de fer en impliquant les acteurs locaux et les populations.

L’objectif déclaré est d’accroitre l’usage du rail et l’engagement des habitants en faveur des lignes régionales et locales et de démontrer que l’utilisation des chemins de fer locaux peut être considérablement augmentée sans le besoin d’investissements à grande échelle.

Par la création de nouvelles gares et de bâtiments rénovés, des dessertes plus fréquentes, à travers le bénévolat, une sensibilisation et des campagnes marketing locales, le projet souhaite amener plus de gens à utiliser le train et à s’impliquer dans son développement. Il se veut une façon « novatrice de stimuler l’économie, répondre à des besoins de transport et de créer du lien social ».

Le projet vise l’Europe du Nord-Ouest dans le cadre du programme Interreg IVB de l’Union européenne  qui le finance à hauteur de 50 % soit 4,5 millions d’euros. Il associe autour des universités de Plymouth, pilote, et d’Aachen,chargée de son évaluation cinq collectiviés territoriales d’Allemagne, de France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni, qui doivent apporter les 50 % restants.

Il s’inscrit dans la ligne directe de l’initiative pour les partenariats communautaires de chemin de fer  engagée depuis 2004 au Royaume Uni. Celle-ci concerne plus  de 50 partenariats communautaires qui mobilisent 3 200 volontaires assurant chaque année 250 000 heures d’interventions bénévoles. En s’appuyant sur un un travail au plus près du terrain avec les autorités locales, les opérateurs et l’ensemble des parties prenantes, ces partenariats seraient  à l’origine d’une augmentation de la fréquentation sur les lignes concernées – entre 2006 et 2013 : + 45 %  – bien supérieure à celle constatée en moyenne sur les lignes régionales –  seulement + 23 %. Le site du projet Citizens’ Rail en rapporte le bilan financier positif : les recettes commerciales nouvelles dépassent les coûts. Les bénévoles sont motivés par la volonté de promouvoir leur ligne de chemin de fer mais également par un souci plus global de servir la collectivité, d’avoir une occupation ayant du sens voire de pratiquer un exercice physique.

Le partenaire français du projet est la région Pays-de-la Loire.

Et son projet phare  c’est le Train des Plages .

A l’été 2013 elle a fait circuler chaque week-des trains entre Saumur et les Sables d’Olonne sur sur cette ligne longue de 154 km qui traverse la Vendée et le nord Deux-Sèvres, délaissée jusqu’alors. Et pour compléter sa gamme tarifaire qui permettait de voyager en famille à 4 les week-ends et jours fériés avec 50% de réduction,elle a décidé de créer le forfait tribU qui permet à  tout groupe de1 à 5 personnes de se déplacer librement pendant 2 jours consécutifs entre mai et septembre pour 45 €.

Au total ça n’a pas coûté pas trop cher à la région : 37 453 € , le projet européen apportant autant, et la partie centrale de la liaison entre Thouars et Cerisay, sur le territoire administratif de Poitou-Charentes relevant de cette région.

Le Train des plages a connu un succès retentissant. Plus de 5 300 voyageurs l’ont pris et le matériel a dû être changé durant l’été au profit de trains de capacité plus importante. Cela ne coûte pas grand chose : la région a déjà payé les matériels. Et, comme espéré de nombreux voyageurs ont utilisé le forfait tribU.

C’est pourquoi en 2014 elle a décidé d’étendre la période de circulation à tous les week-ends de mai à septembre. Et pour 2015 de créer un aller-retour quotidien tout l’été.

Le projet Citizen’s Rail apporte un financement à hauteur de 50 %.  Comme les déficits supplémentaires sont estimés pour 2014 259 186 € et pour  2015 à  498 805 € (386 679 € et 702 422 € de charges nouvelles contre 127 493 € et 206 317  € de recettes espérées) l’Union européenne apportera pour 2014 129 593€ et  pour 2015 249 402 €, fermes. Et comme la part totale de la Région  dans le projet est de 900 000 € sur les trois années 2013-2014-2015, elle aura bien, avec les frais de gestion, tout consommé.

Parfait. Super bien géré.

Cela dit le budget total annoncé, avec la participation de la région Poitou-Charentes qui atteint 190 000 par an et le déficit au départ est de 1,5 million d’euros. La région, prudemment, n’annonce pas de fréquentation attendue. Mais les objectifs de recettes publiés sont cohérents avec 30 000 aller-retour sur la durée totale.

50 € de subvention pour aller à la plage c’est bath. Et 30 % apportés par l’Europe c’est encore mieux.

Mais quel lien avec les objectifs annoncés pour le  projet ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *