Le gouvernement prend en mains le secteur ferroviaire

vache_fil

Mme Lemaire,  la secrétaire d’Etat chargée du numérique a décidé de passer à l’action sur les TGV. Son constat : l’absence de Wifi à bord des trains de la SNCF. Elle déclare qu’elle est «frustrée à essayer de se connecter dans le train».

Moderne, plutôt que d’interroger officiellement les responsables de la compagnie, elle a  interpellé la SNCF sur Twitter ; il s’agit de «mettre la pression politique et publique sur un dossier qui devrait avancer plus vite». Grâce sans doute à son statut de membre du gouvernement Mme Lemaire a vite obtenu une réponse. Dans les trois heures, la SNCF lui a proposé un rendez-vous pour discuter de la question.

Interrogée par un voyageur la SNCF indique sur un post de septembre 2012, lu par plus de 33 000 personnes que le Wifi est quasiment absent de ses trains, bien que 69 % des voyageurs ayant l’habitude de se connecter en mobilité souhaiteraient en disposer. Mais «L’installation du Wifi coûte plus de 350.000 euros par rame. Il y a plus de 450 rames dans le parc TGV» et la SNCF n’a pas encore trouvé de modèle économique satisfaisant.

Le député de la Haute-Savoie, M. Tardy avait en juillet 2013 interrogé le gouvernement sur le sujet. Mme Pellerin, ministre de l’époque, avait répondu que «d’un point de vue technique, équiper un TGV en Wifi requiert, du fait de la vitesse du train, la mise en oeuvre de solutions plus élaborées que celles utilisées pour équiper un lieu public» et que les expérimentations étaient «coûteuses» aussi bien en investissement qu’en maintenance.

Le gouvernement est un exécutif de combat, « resserré, cohérent et soudé » à l’assaut des problèmes des Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *